Soutenez le PS

Adhérez au PS

Carnet de Campagne

04 Avril – Hélène Le Moing à la rencontre des Français des Pays-Bas

Au cours des journées de campagne qui nous ont conduit avec Philip Cordery à La Haye, à Nijmegen, à Eindehoeven ou à Amterdam, nous avons eu la chance de rencontrer, de discuter avec de nombreux  entrepreneurs, commercants ou restaurateurs. A leur contact, nous avons découvert des vies de passion, dédiées à leur travail. Ouvrir un commerce aux Pays Bas lorsqu’on est étranger ce n’est pas anodin. C’est toujours le résultat d’un coup de foudre, pour une personne ou pour une activité ou parfois les deux.
Elodie est une de ces personnes. Nous l’avons rencontré à La Haye, elle venait juste d’ouvrir son magasin de fleurs. C’est une personne passionnée, passionnante qui a eu le courage de vivre sa passion et de changer complétement de carrière profesionnelle. Elle a eu pour les Pays Bas et pour la production de fleur écologique un véritable coup de foudre.Elle ne vend pas seulement des fleurs, elle est, selon moi, le visage réaliste de l’écologie d’aujourd’hui en associant production avec respect de l’environnement.  Elle m’a fait l’honneur de bien vouloir présenter son activité dans le texte ci dessous.
« Ne jamais renoncer à ses idées, ses convictions. Passionnée par les fleurs certes, mais aussi consciente des enjeux écologiques du secteur, j’ai décidé de consacrer ma vie aux fleurs. Mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel prix ! Faire de sa passion son métier n’est pas sans risques ni sacrifices, partager ses convictions n’est pas sans obstacles. J’ai passé de nombreux mois en immersion, au cœur des régions productrices afin d’identifier comment les horticulteurs des Pays-Bas avaient permis à leur secteur de devenir l’un des plus performants au monde. Parallèlement, j’ai tenté de comprendre comment et pourquoi les Néerlandais, entre autres, avaient développé la production de fleurs en Afrique et en Amérique du sud et surtout quelles en étaient les conséquences, afin de mieux prendre le contre pied… Les Pays-Bas sont connus pour leurs fleurs de haute-qualité. Pourtant, il est chaque jour plus difficile de se procurer, dans le commerce de détail, des fleurs produites dans le pays. La concurrence des pays africains et sud-américains a considérablement affaibli les horticulteurs locaux… Près de deux tiers des roses (pour ne citer qu’elles) vendues chaque jour en Europe viennent du Kenya, d’Ethiopie ou d’Equateur. Or, ces pays sont en proie désormais à des difficultés majeures dans la gestion de leurs ressources en eau, et la production de fleurs y engendre hélas de graves dommages écologiques et sanitaires.

Les horticulteurs néerlandais ont pourtant investi suffisamment tôt dans leurs exploitations pour garantir un mode de production raisonné et responsable : limitation de la consommation d’eau et des produits phytosanitaires (traitement biologique des parasites et des maladies, vitalisation de l’eau), réduction des émissions de CO2 grâce à des technologies de production d’énergie pour la chauffage des serres, certification écologique des exploitations…

Il est désormais possible de commercialiser des fleurs de qualité et issues de l’agriculture raisonnée (voire biologique) des Pays-Bas, d’assurer leur traçabilité, et, ainsi, de garantir la pérennité des exploitations locales, de l’emploi local.

La Haye m’est apparue comme une ville sûre, à même de permettre l’incubation de mon projet innovant. En novembre 2011, en pleine crise de l’euro, j’ai eu un coup de foudre pour elle. En 48h, j’avais pris la décision de m’y installer. 
 « Une française qui vient nous apprendre les fleurs, c’est gonflé »…peut-être ! Mais les frontières ne sauraient m’empêcher d’inciter ce secteur à être l’acteur responsable de son propre avenir ! Les fleurs n’ont pas de frontières, pourquoi en aurais-je !

Je sélectionne chacune de mes fleurs auprès des producteurs dont je connais les méthodes de production. Chaque jour, je les propose à mes clients avec la conscience d’être une actrice engagée pour l’avenir de mon secteur et de la planète dont nos enfants vont hériter. Une partie des bénéfices de ma boutique est d’ailleurs consacrée à l’amélioration de la gestion des ressources en eau dans le monde, facteur majeur de conflits dans les prochaines décennies. »

Eglantine Sarrasin – ‘Flowers for tomorrow’ – Noordeinde 100, Den Haag – www.eglantinesarrasin.com

 

26 Mars – Hélène Le Moing sera avec Martine Aubry à Bruxelles

Bonjour à tous,
Militants de la section ou sympathisants rencontrés lors des Primaires ou de la campagne, la section de la Haye vous invite au prochain meeting de Martine Aubry qui se tiendra à Bruxelles le lundi 26 mars à 18H30. L’invitation est en PJ.
Pour compenser le fait que le meeting soit à Bruxelles, la section propose à ceux qui sont intéressés de faire du co-voiturage.
Si vous êtes interessé/e, n’hésitez pas à me contacter.
Amitiés socialistes,
Hélène Le  Moing
Secrétaire de section de la Haye – blog: la-haye.ffe-ps.org
Suppléante de Philip Cordery, candidat aux Législatives de 2012 pour la circonscription du Benelux

15 Mars – Hélène Le Moing est venue soutenir la grève des enseignants du lycée van Gogh

Les enseignants du lycée van Gogh (primaire et secondaire) seront en grève pour protester contre la baisse régulière de l’Indemnité Spécifique de Vie Locale (ISVL).
L’ISVL est une partie de la rémunération des personnels enseignants « résidents ». Son rôle est de maintenir leur pouvoir d’achat « en tenant compte des variations de change et des conditions locales d’existence » (décret 2002 – 22 du 4/01/2002).
Depuis maintenant 15 mois, les enseignants «résidents » subissent une baisse régulière et arbitraire qui ne se fonde pas sur la réalité économique des Pays-Bas.  Elle s’élève à 15% dont 13% cette année. Cela représente, sur le salaire annuel d’un enseignant résident, une perte nette de 1.500 € par an. Rien n’annonce que cette situation ira en  s’améliorant.
Malgré le soutien des relais locaux de l’AEFE, l’Agence n’a pas répondu aux courriers envoyés par les enseignants.
Cette mesure est encore un exemple flagrant aux conséquences on ne peut plus tangibles du désengagement financier de l’état sur les postes de l’étranger ; les budgets dédiés à la Culture se réduisent comme peau de chagrin, les ressources des postes consulaires sont exprimées jusqu’à saturation.
L’existence du réseau des lycées français à l’étranger est un atout extraordinaire pour la France, une condition souvent sinéquanon à l’expatriation de nos compatriotes.
On ne peut accepter que la casse continue. Nos enfants, nos enseignants, nous méritons mieux.
J’appelle à soutenir le mouvement de grève des enseignants du Lycée van Gogh de la Haye – Amsterdam le jeudi 15 Mars.

8 mars 2012 à la Résidence de France

Assemblé Générale de l’Entente des associations francophones

Alors que nous levions nos verres au succès de cette 3ème édition du bal populaire organisé par l’Entente tous les 13 Juillet, je ne pouvais m’empêcher d’avoir un gout amer dans la bouche.

Je ne gâcherai pas mon plaisir, en tant que membre du Conseil d’Administration, de dire encore une fois que le bal populaire du 13 juillet est un événement dont il faut saluer l’existence. Tout repose sur les associations-membres et une poignée de  bénévoles qui ne comptent ni leur temps, ni leurs efforts pour que le jour dit, les Français présents profitent pleinement de la fête.
Mais n´y a t´il pas de quoi être indigné lorsqu´on doit célébrer notre fête nationale le 13 pour éviter de faire doublon avec la fête organisée officiellement par l´Ambassade le 14 ? N´y a t’il pas de quoi s´indigner de voir qu´il y a de facto une fête pour ceux d´en haut (présidents des associations, chefs d’entreprises, néerlandais en relation avec les institutions par exemple) et une autre pour ceux d´en bas ?
Au moment où on comprime le personnel des consulats quand ils ne sont pas fermés purement et simplement, au moment où les instituts subissent le même sort, au moment où les lycées français de l’étranger doivent s’autofinancer de plus en plus pour palier les pressions budgétaires mises sur tous les budgets des institutions ou organismes représentant l’Etat à l’étranger, les conditions d’organisation du 14 juillet sont anecdotiques, j’en conviens.
Mais il ne faut pas s’y tromper ! Les mêmes causes ont les mêmes effets ! A cela près que si tous les français sont égaux devant la fermeture d’un institut ou la surcharge de travail du Consulat, ils ne le sont pas pour  la célébration de la fête nationale. Parfois les détails ont leur importance !
François Hollande veut que les Français réapprennent à vivre ensemble. Il n’a pas précisé que cela n’est valable que pour l’hexagone. Cela pourrait commencer par l’organisation du futur 14 juillet 2012 pour tous, chez nous,  à la Résidence de France : un acte symbolique très fort pour notre communauté, un petit pas vers le vivre-ensemble !